Voir l'atelier



Dallages Africains ... c’est un voyage contemplatif au pays des couleurs d’Afrique.

La toile au sol ressemble à la mue d’un étrange animal. Il semble bien qu’elle m’ait appartenue …



Je retourne à l’atelier pour réaliser dans une espèce de liturgie une nouvelle dépouille qui me quittera à son tour.

Il s’opère en secret des mutations subtiles par l’effleurement des énergies, la grâce d’une couleur qui en simple objet plastique agit et transforme.

J’ai à faire avec les quatre éléments.

Avec le règne animal - cire des abeilles de la Casamance,

le règne végétal - le coton de ma toile tissée au village de brousse,

l'eau - le feu - l'air - la terre -

l’espace - le temps,

Je m’engage dans l’ouvrage comme pour organiser symboliquement le flot déroutant de la vie.

Au sein de l’atelier je vis l’enchantement, les sortilèges.

J’y vis le rêve éveillé où tout procède de la transmutation.

Je finis par y oublier tout ce que j’ai appris.

Au fil du temps les toiles me changent. Elles me délestent et me purifient.

Chaque œuvre me quitte me laissant épuisée et renouvelée.

C'est un parchemin où lire mon poème intime.

après teinture ... la pluie rince le dallage

La voie tracée par les dallages conduit comme un vitrail antique à l’élévation et à la lumière.

Tenture au jardin



Travaux - 

 

fourneau pour la cire d'abeille

 

teinture II

 


 


l'aide de Oumar Sy 

 

l'aide de Sérigne 

 

la lumière

 

l'atelier

 

 

 

Créer un site gratuit avec e-monsite - Signaler un contenu illicite sur ce site

×